Aidons les enfants à mieux parler

Certains enfants parlent comme des enfants plus jeunes. D’autres font beaucoup d’erreurs quand ils parlent. Voici quelques suggestions pour les aider à développer leurs habiletés de communication.
Parlez avec eux le plus souvent possible. Parlez de ce qu’ils font à ce moment même. S’ils jouent, parlez de ce qui se passe dans le jeu. Si vous regardez des images ensemble, parlez des images qui les intéressent. S’il est l’heure du souper, parlez de ce qu’ils mangent et de leurs nourritures préférées. Employez des phrases de la même longueur que les leurs, ou un peu plus longues. S’ils emploient des phrases de 2 à 4 mots et vous répondez par une phrase de 12 mots, ils perdront possiblement intérêt. Pareillement, vous pouvez employer de nouveaux mots, mais pas trop à la fois.
S’ils s’expriment mais en faisant des erreurs, répétez ce qu’ils ont dit en corrigeant les erreurs. De cette façon ils entendent la forme correcte de ce qu’ils viennent de dire. S’ils s’expriment correctement, répétez ce qu’ils ont dit pour renforcer leurs bonnes habiletés. Vous pouvez également ajouter un ou deux mots à ce qu’ils viennent de dire, pour les aider à employer des phrases plus longues.
S’ils font souvent la même erreur, vous pouvez enseigner la forme correcte en employant la structure visée. S’ils disent “il” pour “elle,” vous pouvez faire beaucoup de phrases à propos d’en membre de la famille femelle en employant “elle.” (“Regarde! Maman est arrivée! Elle est retournée du travail. Elle a l’air fatiguée. Elle a toutefois l’air heureuse. Elle est heureuse d’être de retour chez nous!”) Pour un adulte, ceci pourrait sembler ennuyant et artificiel, mais pour un enfant ceci pourrait faciliter l’apprentissage du langage en le simplifiant et en le rendant plus simple et régulier.
Pour leur donner les meilleures chances de bénéficier des modèles de langage que vous fournissez, placez-vous en face des enfants et à leur niveau. S’ils sont beaucoup plus petits que vous, vous pouvez les asseoir dans une grande chaise et prendre la petite chaise pour vous-même. Éliminez ou le bruit de fond, ou réduisez-le le plus possible. Parlez un peu plus lentement et clairement que d’habitude. Il est également important de faire souvent une courte pause pour fournir aux enfants des occasions de participer à la conversation.
Une activité qui est particulièrement utile pour le développement langagier est de regarder des photos ensemble, surtout des photos des événements dans la vie des enfants. La plupart des enfants aiment se regarder et regarder à leur famille! Vous pourriez étiqueter les photos pour qu’ils entendent un modèle consistant du langage chaque fois qu’ils regardent les photos. Lorsque l’étiquette devient trop simple, remplacez-la avec un langage plus avancé. Une famille que je connais a un blogue avec des photos des événements dans leur vie, qu’ils regardent ensemble pour revivre les événements et pour en parler. Il y a des apps pour les tablettes telles que le iPad qui aident à créer des albums, tels que Story Creator et Pictello. Ils facilitent l’étiquetage des photos pour rendre l’emploi des phrases et des mots plus consistants.
Ce qui est le plus important pour la stimulation langagière est de vous amuser avec votre enfant. Tout le monde apprend mieux en s’amusant.

J’espère que cet article vous a été utile! Si vous avez des inquiétudes concernant la parole ou le langage de votre enfant, vous êtes prié de communiquer avec un orthophoniste. Si vous habitez à Winnipeg ou dans les environs, nous serons heureux de vous aider à SpeechWorks.

Comment aider un enfant à participer à la conversation

Les enfants qui ont des difficultés de communication sont souvent hésitants à parler. En même temps, être hésitant à parler peut nuire à leur participation à la conversation. Si on hésite à parler, on peut manquer des occasions pour pratiquer les habiletés de communication. C’est un cycle vicieux!

Il est hautement recommandé d’encourager tous les enfants à participer à la conversation. Pour ce faire,

  • Développez votre relation avec l’enfant. Plus l’enfant se sent attaché aux adultes et aux autres enfants, plus il se sentira à l’aise et prêt à parler.
  • Parlez le plus souvent possible avec l’enfant. Parlez de ce qui intéresse l’enfant, de ce qu’il regarde ou de ce qu’il fait au moment même.
  • Lorsque vous parlez avec l’enfant, placez-vous en face de lui et à sa hauteur.
  • Employez une voix douce et attirante.
  • Parlez clairement et un peu plus lentement que si vous parliez à un adulte.
  • Faites beaucoup de commentaires. Limitez les questions. Certains enfants ressentent beaucoup de pression quand on pose trop de questions.
  • Au lieu de poser des questions, vous pouvez commencer une phrase et arrêter avant de finir la phrase.
  • Facilitez la communication de l’enfant en acceptant tous les moyens de communication – les mots anglais, les mots des autres langues, le dessin, les gestes. Même si l’enfant regarde un objet ou le montre du doigt, il communique un message et c’est à l’adulte d’essayer d’interpréter le message.
  • Lorsque l’enfant emploie un mot en anglais, répétez le message que l’enfant vient de dire, mais en français. S’il communique en montrant, en faisant un geste, ou en dessinant, interprétez ce qu’il a dit et répétez son message en mots.
  • Ne demandez pas à l’enfant de répéter le mot ou la phrase. Il suffit de fournir le modèle.
  • Évitez de critiquer l’enfant ou de critiquer la manière dont il parle.
  • Évitez de punir les enfants lorsqu’ils emploient des mots anglais ou des mots d’une langue autre que le français. La punition peut causer du stress, déclenchant même une réponse combat-fuite. De plus, cela nuit à la relation entre vous et l’enfant, une relation qui est la base de tout apprentissage.
  • Maximisez les occasions où l’enfant se sent à l’aise de parler.

J’espère que cet article vous a été utile! Si vous avez des inquiétudes concernant la parole ou le langage de votre enfant, vous êtes prié de communiquer avec un orthophoniste. Si vous habitez à Winnipeg ou dans les environs, nous serons heureux de vous aider à SpeechWorks.

Évocation lexicale

Il y a des enfants qui ont beaucoup à dire, mais qui semblent éprouver des difficultés à trouver leurs mots. Ils emploient des mots génériques tels que “la chose” au lieu d’employer des mots spécifiques. Ils emploient parfois des mots reliés au mot ciblé, tel que “chien” au lieu de “chat.” Ils emploient parfois des gestes au lieu des mots. Des fois, ils décrivent ce dont ils parlent au lieu de le nommer: “Tu sais, la chose ronde qu’on bondit.” Ils peuvent prendre longtemps pour s’exprimer. Les enfants qui ont des difficultés à trouver leurs mots ont souvent des difficultés à répondre aux questions. Ils peuvent être très frustrés par leurs difficultés à accéder aux mots.Nous pouvons les aider! Parfois nous savons le mot qu’ils cherchent. Toutefois, si nous disons le mot trop vite, les enfants ne font pas les connections nécessaires au niveau du cerveau pour trouver plus facilement le mot la prochaine fois. Voici quelques idées pour les aider à faire les connections:

  • Attendez un instant pour leur donner l’occasion de trouver le mot sans appui.
  • Fournissez un choix entre deux mots. Vous pouvez graduellement augmenter le nombre de choix.
  • Dîtes la première syllabe ou le premier son du mot.

Si on ne connaît pas le mot ciblé, nous pouvons recommencer la phrase – répéter simplement ce qu’ils viennent de dire et ensuite attendez un instant. Ceci est parfois suffisant pour les aider à trouver les mots. Si non, nous pouvons leur demander de nous montrer – de le dessiner, de le mimer, ou de nous amener à quelque chose.

Lorsque les mots sont bien organisés dans le cerveau, ils sont plus faciles à trouver. Ils sont également plus faciles à trouver s’ils sont connectés à beaucoup d’autres mots. Pour cette raison, les activités suivantes pourraient aussi être bénéfiques:

  • Nommez autant d’items que possible dans une catégorie donnée, telle que les animaux.
  • Triez les éléments en catégories, tels que les fruits et les légumes.
  • Nommez les items dont on a besoin pour faire une activité donné. De quoi a-t-on besoin pour jouer au hockey.

Il n’est pas amusant d’avoir de telles difficultés. Toutefois, essayez de vous amuser avec les activités ci hautes. Les enfants apprennent mieux lorsqu’ils s’amusent.

La stimulation langagière

Il est facile de parler à un enfant qui parle déjà. Toutefois, un enfant a besoin d’entendre beaucoup de langage même avant qu’il commencent à parler. S’il n’a pas encore commencé à parler, on peut employer des mots simples et des petites phrases pour parler de ce qui l’intéresse. Observez ce qu’il regarde ou ce qu’il fait. Parlez-en! Placez-vous à son niveau physiquement. De cette façon, vous pouvez plus facilement observer ce qui l’intéresse, et il pourrait plus facilement entendre et voir ce que vous dîtes. J’aime m’asseoir dans une petite chaise et placer l’enfant dans une grande chaise pour d’être à son niveau.

Parlez lentement et faites souvent des pauses, pour que l’enfant ait plus de temps à comprendre et à répondre à ce que vous dîtes. Éteignez les appareils qui produisent du bruit pour permettre à l’enfant de vous entendre clairement. Répétez souvent les mêmes mots pour lui fournir plus d’occasions à apprendre les mots.

Si l’enfant commence déjà à communiquer en employant les gestes ou les bruits, tels que montrer du doigt ce qu’il désire, employez un mot ou une phrases pour communiquer la même idée. Il est toujours utile d’employer un langage légèrement plus complexe que celui de l’enfant. Évitez un langage trop complexe – on risque de perdre l’intérêt de l’enfant!

Est-ce qu’un langage enfantin est utile? Les enfants apprennent à parler plus vite lorsqu’on leur parle de façon animée, avec beaucoup d’expression du visage et une voix qui capte leur attention. Toutefois, il est important de ne pas changer les sons des mots (dire “lame” pour “rame”) parce que l’enfant doit entendre la bonne façon de prononcer les mots afin de pouvoir les prononcer à son tour.

J’espère que cet article vous a été utile! Si vous avez des inquiétudes concernant la parole ou le langage de votre enfant, vous êtes prié de communiquer avec un orthophoniste. Si vous habitez à Winnipeg ou dans les environs, nous serons heureux de vous aider à SpeechWorks.

 

Comment aider un enfant à bien articuler

Beaucoup d’enfants éprouvent des difficulties à articular les sons de la parole. Les sons les plus difficiles à produire sont le /s/, /z/, /ch/, /j/, /r/ et /l/. Ces sons se développent plus lentement chez certains jeunes enfants, et peuvent rendre l’enfant difficile à comprendre. Ceci peut être très frustrant pour l’enfant, et également pour la personne qui essaie de le comprendre. Voici quelques suggestions qui pourraient l’aider :

  • Ralentissez votre parole à vous, pour que l’enfant ralentisse lui aussi. Ceci pourrait l’aider à mieux placer la langue et les lèvres, ou pourrait simplement vous donner plus de temps à comprendre ce que l’enfant dit.
  • Placez-vous en face de l’enfant et à son niveau physiquement pour leur permettre à voir les mouvements de votre bouche, et à les reproduire.
  • Faites des activités qui facilitent votre compréhension de ce que l’enfant dit – où  on comprend ce que l’enfant dit grâce au contexte. Par exemple, regardez ensemble un livre où  il y a une image sur chaque page.
  • Si vous ne comprenez pas ce que l’enfant vient de dire, demandez-lui de répéter, de le dire plus lentement ou de le montrer.
  • Si vous avez compris une partie de ce que l’enfant vient de dire, répétez la partie que vous avez compris.
  • Si vous avez compris ce que l’enfant vient de dire, répétez le message correctement.
  • Pratiquez les sons suggérés par l’orthophoniste à tous les jours. Pratiquez pendant une courte période de temps.
  • En général, on pratique les sons en isolation, ensuite en syllabes, ensuite en mots, ensuite en phrases et finalement en conversation, mais ceci varie dépendant des difficultés de votre enfant et de ce que l’orthophoniste suggère pour votre enfant.
  • Rendez la répétition amusante. Si vous pouvez, intégrez la répétition dans des jeux pour que l’enfant continue à vouloir pratiquer. Travailler la parole peut être un processus assez long. Il est important de garder l’enfant intéressé et motivé.

J’espère que ces renseignements soient utiles. Si vous avez des inquietudes concernant la parole ou le langage de votre enfant, vous êtes prié de communiquer avec un orthophoniste. Si vous habitez à Winnipeg ou proche de Winnipeg, nous serions contents de vous aider à SpeechWorks. Bonne chance!

Comment aider un enfant à parler fluidement

Les suggestions suivantes peuvent aider un enfant qui éprouve des difficultés de fluidité:
  • Prenez du temps à tous les jours pour parler ensemble. Regardez des livres ensemble ou jouez ensemble. Parlez de ce que vous faites.
  • Portez attention à ce que l’enfant dit et non à la manière qu’il le dit.
  • Continuez à le regarder – lorsque vous regardez l’enfant quand il vous parle, vous montrez que vous êtes intéressé à ce qu’il dit et que vous aimez parler avec lui.
  • Évitez de l’interrompre lorsqu’il vous parle.
  • Pour l’aider à parler lentement et calmement, parlez lentement et calmement vous-même.
  • Employez un langage assez simple – si l’enfant essaie d’imiter un langage trop complexe, il risque d’éprouver des difficultés à le faire de façon fluide.
  • Diminuez les contraintes de temps. Les limites de temps ainsi que les horaires surchargés mettent de la pression sur l’enfant de parler rapidement.
  • Lorsque l’enfant démontre plus de difficultés à parler, parlez moins. Lorsque l’enfant est plus fluide, parlez plus.
  • Remplacez les questions directes avec des commentaires qui incitent une réponse. Par exemple, au lieu de demander «Qu’est-ce que tu veux pour ton déjeuner?» vous pouvez dire «Pour le déjeuner, tu peux avoir des céréales ou des toasts.»
  • Modelez les renseignements ou les réponses que vous aimeriez que l’enfant vous donne.
  • Lorsque vous corrigez les erreurs de l’enfant, répétez les phrases du jeune avec les corrections. N’exigez pas que l’enfant répète la phrase corrigée.
Quelques attitudes à éviter:
  • Finir les phrases de l’enfant. Si vous fournissez des mots, vous augmentez le sentiment de l’enfant qu’il n’est pas capable de parler pour lui-même.
  • Faire des commentaires tels que: ralentis, prends de l’air, relaxe. L’enfant a besoin de penser à ce qu’il dit et non à la manière qu’il le dit.
  • Faire semblant de comprendre ce que l’enfant vient de dire.
  • Utiliser le mot «bègue.»
  • Demander à l’enfant de s’exprimer en public.
  • Demander à l’enfant de répondre à des questions imprévues et inattendues, d’expliquer un événement désagréable ou d’expliquer une bêtise.
  • Demander à l’enfant de s’exprimer lorsqu’il est très émotif, surtout lorsqu’il pleur.
  • Critiquer l’enfant pour la non-fluidité ou le récompenser lorsqu’il est fluide.
  • Discuter du problème devant l’enfant.